1er octobre 2014 / Mis à jour à 22:42 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Togo - Tradition - Animaux
Togo : un animal de compagnie pour la vie
Les Togolais adoptent chiens, chats, mais aussi singes ou biches. Les Togolais aiment les animaux de compagnie. Les chats et les chiens de « race locale » sont les plus vendus, bien souvent pour des raisons utiles. Mais certains craquent pour un singe ou une biche, subtilisés à leur forêt natale. Zoom.

Les Togolais apprécient les animaux de compagnie. Les plus cotés sont les chiens et les chats, mais les animaux plus « exotiques » ne sont pas en reste... Chacun choisit fourrure à son pied en fonction de ses moyens, bien sûr, mais aussi en fonction de ses besoins. « Les chiens et les chats ont une utilité : les chiens gardent la maison et les gens aiment avoir un chat parce qu’ils se plaignent des rats qui s’introduisent chez eux », commente Sylvain Kao, vétérinaire depuis douze ans au Togo. « Nous n’avons pas de statistiques, mais les Togolais ont toujours au moins un animal domestique. C’est une habitude togolaise. L’animal fait partie de la famille », assure Rigobert Gbati Nikabou, président de l’organisation non gouvernementale Association togolaise pour la protection des animaux et de la nature.

Côté canins et félins, à chaque bourse sa race. « Tout le monde peut se permettre d’acheter des chiens de race locale, produits en élevage. Les gens prennent souvent des chiennes, qui feront des petits et que les propriétaires revendront. En revanche, lorsque l’on veut un chien de race comme le Berger Allemand, c’est tout de suite beaucoup plus cher. Alors qu’il faut compter en moyenne 2 000 FCFA (3 euros) pour un chien d’origine locale, il faut prévoir entre 15 000 et 75 000 FCFA (entre 23 et 114 euros) pour un chien de race. Pour les chats, on constate une nette différence : les chats locaux sont vendus environ 1 500 FCFA, contre près de 100 000 FCFA pour un chat de race, qui sont très peu importés », poursuit le Dr Sylvain Kao, qui s’est lui-même offert un Berger Allemand et compte bientôt en faire un élevage.

Singes, cobayes, biches, perroquets, perruches...

Les Togolais ont aussi le béguin pour des bêtes à poils, ou à plumes, plus insolites : les singes et les cobayes, les biches, perroquets et perruches. « Les gens aiment avoir des cobayes chez eux parce qu’ils ont une considération empirique qui veut que lorsque ces animaux vont bien, c’est que les affaires marchent bien », justifie le Dr Kossi Pewi, secrétaire général de l’association des vétérinaires privés du Togo. Pour ce qui est des singes ou des biches, les chasseurs les ramènent de la chasse et beaucoup les vendent au bord de la route. « Les singes coûtent entre 5 000 ou 6 000 FCFA (entre 7,6 et 9 euros) », précise le Dr Sylvain Kao, qui souligne que cette activité n’est « en principe pas légale, mais que depuis un certain temps l’Etat n’est plus trop regardant ».

« Tout dépend de la saison, ajoute son confrère Kossi Pewi. On trouve des petits singes entre 2 500 et 5 000 FCFA (entre 3,8 et 7,6 euros). Mais parfois ils sont vendus entre 10 000 et 15 000 (entre 15 et 23 euros) si le client est un touriste, par exemple. » Quant aux biches, elles sont encore peu nombreuses dans les habitations, mais on peut s’en procurer « à la saison sèche, en février-mars », note le Dr Kossi Pewi.

Animaux maltraités

Selon ce spécialiste, les animaux de compagnie sont globalement bien traités. Mais il reconnaît que ce n’est pas toujours le cas. « C’est la maltraitance des animaux domestiques qui nous a poussé à monter cette association. Nous nous occupons de tous les animaux, mais ce sont surtout les cas de maltraitance domestiques qui sont avérés. Quand les animaux mordent ou griffent, les gens s’emportent et paniquent parce qu’ils ne les vaccinent pas par manque de moyens. Du coup, ils les éliminent notamment à coups de bâtons », déplore Rigobert Gbati Nikabou, de l’Association togolaise pour la protection des animaux et de la nature.

Le membre du Bureau du conseil de l’ordre des médecins vétérinaires dénonce par ailleurs d’autres formes de maltraitance : « Certains refusent de donner à manger à leur chien, ils ne le logent pas et le laissent s’alimenter dans les poubelles. Ils sont amaigris et galeux ». S’exprimant sur le cas des singes, le Dr Sylvain Kao souligne : « Souvent, les gens prennent les singes tout petits. Ils ne sont pas très avertis et sont dociles, mais ils changent avec le temps et l’action de l’Homme. Les enfants les enquiquinent beaucoup, leur jettent des cailloux, souvent en l’absence du maître, et les singes finissent par devenir très agressifs. On nous rapporte souvent des cas de morsure ou de blessure et, à un certain stade, les gens finissent par les éliminer ».

Les chats ne seraient pas inquiétés. De même que les biches, qui « sont exotiques et que tout le monde aime et trouve belles », estime le Dr Rigobert Gbati Nikabou, pour qui les singes aussi sont peu maltraités. Toutefois, le Dr Kossi Pewi confie avoir vu passer plusieurs biches : « Ceux qui ont acheté une biche nous l’emmène parfois parce qu’elle a été blessée lors de sa capture ». Pour que tous les animaux soient logés à la même enseigne, le président de l’Association togolaise pour la protection des animaux et de la nature essaie, avec ses maigres moyens, de sensibiliser et d’éduquer les populations. Pour que les maîtres et leurs compagnons du règne animal vivent en harmonie.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles