22 avril 2018 / Mis à jour à 11:09 - Paris.  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Algérie - Corruption - Politique - Terrorisme - Crime et banditisme - Population - Conflit social
Algérie : le pouvoir, la Kabylie et ses kidnappings
Le meurtre d’Aghiles à Tizi Ouzou soulève de nouveau le problème du kidnapping en Kabylie. En moins de sept ans, 71 personnes ont été enlevées. Le pouvoir algérien est accusé de laisser faire ces pratiques crapuleuses pour déstabiliser la Kabylie.

L’Algérie et ses kidnappings. Un fléau en Kabylie. En à peine sept ans, pas moins de 70 personnes ont été enlevées. Et c’est à chaque fois le même son de cloche : des dinars ou la mort. Le dernier otage en date était Aghiles Hadjou, 19 ans, fils d’un entrepreneur originaire d’Azzefoune, à 60 kilomètres de Tizi Ouzou. Enlevé le jeudi 18 octobre, le corps inerte d’Aghiles fut retrouvé mercredi dernier, enterré et enveloppé dans un sac en plastique, sur la plage du village Idjeremnan, dans la commune d’Aït Chaffaâ. D’après les médecins légistes, la victime a été assassinée le jour de son enlèvement. Une onde de choc pour la famille de la victime mais aussi pour toute la population d’Azzefoun qui s’était fortement mobilisée pour exiger la libération du jeune homme.

Le commandant de compagnie de la gendarmerie de Tigzirt, Boubekeur Younes, a indiqué, ce jeudi, lors d’une conférence de presse que deux des trois ravisseurs avaient été arrêtés le 22 octobre. Le 21 octobre, l’un des trois ravisseurs est localisé grâce à un coup de fil passé depuis son propre téléphone mais avec la puce de la victime. L’arrestation du troisième suspect n’est plus qu’une question d’heures, selon le commandant Younes. Le comble du drame : l’enquête révèle que la victime n’était autre qu’un ami proche des assassins présumés.

L’industrie du rapt

On situe approximativement à 2005 l’apparition de cette pratique sordide en Kabylie. Malandrins de tout genre, groupes mafieux ou activistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), tout le monde trouve son compte dans cette pompe à fric. Chaque mois depuis sept ans, un kidnapping est signalé dans cette région. Un chiffre qui fait froid dans le dos quand on sait que la Kabylie est l’une des régions d’Algérie les plus militarisées. Les victimes sont, dans 99% des cas, choisies en fonction de leur situation financière. Les hommes d’affaires, diplomates et politiques, ou encore fils d’Algériens résidents à l’étranger sont des cibles privilégiées.

Le sujet est tabou. Rares sont les victimes de rapt qui racontent leur mésaventure, de peur des représailles. Sous la menace, les familles de victimes ne contactent quasiment jamais les services de sécurité et s’exécutent à verser des sommes vertigineuses. Un silence qui profite aux ravisseurs puisque, à ce jour, aucune affaire de kidnapping n’a pu être élucidée. Dans ce qui est devenu une industrie du rapt, les familles n’ont d’autre choix que de payer au risque de mettre en danger la vie des otages. Quant aux négociations des sommes, les manœuvres sont étroites voire inexistantes pour les familles. Les ravisseurs d’Aghiles avaient exigé 20 millions de dinars (environ 200 000 euros).

En 2008, pour libérer Yazid Zerhouni, ancien ministre de l’Intérieur, six milliards de dinars ont été versés, soit 58 millions d’euros. Une somme faramineuse qui montre à quel point ce business est florissant.

Le pouvoir remis en cause

Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie a estimé dans une déclaration que « les expériences passées ont montré que le pouvoir algérien, allié des islamistes terroristes et des bandits de tout acabit n’a jamais déployé le moindre de ses efforts pour sécuriser la région malgré la présence de plusieurs dizaines de milliers de militaires, de policiers et de gendarmes ».

Kabyles.com parle lui de l’indifférence totale des parlementaires algériens qui, « immunisés par la loi, aveuglés par le confort du poste de député, préfèrent regarder ailleurs. » Le média en ligne pointe du doigt la précédente et nouvelle Assemblée Populaire Nationale (APN) qui n’a pas « daigné diligenter une commission d’enquête parlementaire pour s’enquérir de cette situation au moment où on assiste à la mise en place d’une véritable industrie du kidnapping. »

« La petite Suisse »

Certains vont plus loin encore et affirment que le pouvoir algérien cherche à déstabiliser la région de la Kabylie. L’époque où le Front de libération national (FLN) perpétuait l’idée de faire de l’unité national un élément sacré est révolue ? Entre les groupes islamistes armés au Mali, des frontières avec la Libye compliquées à contrôler, des tensions récurrentes avec le Maroc et une guerre en préparation à quelques kilomètres de ses portes, le FLN a plutôt tout intérêt de continuer à faire vivre, ou de faire renaître de ses cendres, cette idée-là.

Surnommée « la petite Suisse » au début des années 1990, la Kabylie, qui jadis accueillait les intellectuels, les chefs d’entreprises ou encore les opposants à l’islamisme radical, semble avoir cessé d’être un havre de paix. Ce sont de nos jours les terroristes, les ravisseurs ou les faux policiers qu’elle attire. Celle qui était élevée au premier rang lors du « printemps Berbère » pour la reconnaissance de l’identité Amazigh en Afrique du Nord, se vide désormais de ses donneurs d’ordres et de sa jeunesse. La Kabylie d’aujourd’hui est tourmentée.



lire aussi
Les recherches s’intensifient pour retrouver l’entrepreneur à la retraite kidnappé par un groupe armé le 23 mars dernier dans la région de Boghni, en Kabylie. Dans un bel élan de solidarité, les...

Le 28ème anniversaire du Printemps berbère est commémoré en grande pompe dans les régions berbérophones d’Algérie, particulièrement à Tizi-Ouzou, où cet événement présente un cachet spécial. C’est cette...

Ce dimanche 30 septembre 2012 à 22h, la chaîne française France 5 diffuse pour la première fois un documentaire exceptionnel d’Hervé Bourges sur l’histoire de l’Algérie indépendante, parfaitement...

Une attaque terroriste a visé un poste de la garde communale dans le village de Chréa, en Kabylie, dans la nuit du lundi à mardi. L’attentat, dont les auteurs sont affiliés au Groupe salafiste pour...

Air Plus Tourisme est une jeune agence de voyage créée il y a un an. Son originalité : elle propose toute une série de circuits et randonnées dans le Djurdjura, été comme hiver. L’agence participe pour...

Les élections locales sont prévues pour le 29 novembre prochain. Après neuf jours de campagne électorale, les formations politiques en lice tentent tant bien que mal de convaincre les électeurs de...

Il en est convaincu, dans un avenir proche, l’Algérie toute entière deviendra chrétienne. Mustapha Krireche, ancien musulman aujourd’hui pasteur de l’église Tafat à Tizi Ouzou, dit avoir trouvé la voie...


à la une



afrik-foot