19 octobre 2017 / Mis à jour à 06:31 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Algérie - Conflit - Politique - Election - Santé
Algérie : Bouteflika, un 5e mandat de toutes les polémiques
Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

En Algérie, un nouveau mandat du Président Abdelaziz Bouteflika est à l’origine d’une très forte polémique. Si certains proches du dirigeant algérien lui assurent fidélité et engagement, d’autres par contre se démarquent et n’hésitent pas à tirer à boulets rouges sur le chef de l’Etat dont la santé est au centre d’une véritable controverse.

L’Algérie est au bord de la turbulence. C’est le moins que l’on puisse dire après des sorties de partisans et d’opposants au Président Abdelaziz Bouteflika, au sujet d’un cinquième mandat présidentiel. En effet, le Secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, s’adressant aux cadres de son parti, a promis de se dresser contre tous ceux qui veulent porter atteinte au Président Abdelaziz Bouteflika.

Promettant de se « dresser contre tous ceux qui s‘en prennent au Président », Amara Benyounès a confié : « Nous, nous ne mangeons pas avec le loup pour ensuite aller pleurer avec le berger ». Poursuivant son argumentaire, il a souligné que sont « rôle est de défendre le Président et son programme parce que je me suis engagé à le faire (...). Cette opposition qui réclame aujourd’hui le départ du raïs est celle-là même qui s’est dressée contre lui en 1999. Cette opposition a échoué, elle ne propose aucune alternative et son projet se résume à déloger le Président Boutéflika ».

Pour leur part, trois personnalités, notamment les anciens ministres Ali Yahia Abdennour et Ahmed Taleb-Ibrahimi et le général à la retraite Rachid Benyellès, appellent les Algériens à faire front commun contre le président Abdelaziz Bouteflika et ceux qui s’entêtent à le maintenir malgré son état de santé pas des meilleurs. Soulignent l’insoutenable maladie du dirigeant algérien qu’ils déclarent inapte à poursuivre son mandat, ces anciens hauts dignitaires de la République alertent sur la tentation de l’entourage de Bouteflika à vouloir « imposer un cinquième mandat qui serait fatal » pour ce pays d’Afrique du Nord.

Accusant son entourage familial et un groupe de puissants oligarques d’œuvrer à maintenir Bouteflika Président, à tout prix, malgré le fait qu’il soit « totalement absent de la scène nationale et internationale ». Selon ces personnalités dénoncent que le chef de l’Etat algérien « apparaît dans les rares occasions où il est exhibé pour dissiper les rumeurs et montrer qu’il est toujours en vie, dans un état de délabrement physique qui ne laisse aucun doute sur son incapacité à gouverner ».

Et de signifier que « pour éviter le naufrage et sauver ce qui peut l’être encore, nous devons taire nos divergences culturelles, linguistiques et politiques pour crier à l’unisson ». Appelant à faire barrage à ceux qui ont « confisqué notre destin depuis près de vingt ans », ils estiment qu’il est inconcevable de continuer à accepter un cinquième mandat pour « un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer ». Une situation qui fait monter d’un cran la tension dans ce pays dont la stabilité est fragilisée par la baisse des cours du pétrole, principale source de revenu de l’Etat algérien.

A noter que Abdelaziz Bouteflika, né le 2 mars 1937 à Oujda, est le cinquième président de la République algérienne. Arrivé au pouvoir le 27 avril 1999, Bouteflika détient actuellement le record de longévité à la tête de ce pays d’Afrique du Nord.



à la une




communiqués

afrik-foot