13 décembre 2017 / Mis à jour à 15:27 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Pan Afrique - Boxe - Droits de l’Homme - Vidéos
Adieu Mohamed Ali, le plus grand des boxeurs, mort le 4 juin 2016
Le 25 février 1964, l’Américain Cassius Clay, qui n’était pas encore Mohamed Ali, devenait à 22 ans Champion du Monde des poids lourds en dominant Sonny Liston. Retour en vidéos sur un champion d’exception qui a marqué son sport et son époque et qui vient de disparaitre ce 4 juin 2016.

Cassius Marcellus Clay Jr est né le 17 janvier 1942 à Louisville, aux Etats-Unis. Un policier, l’initie à la boxe et l’entraîne à ses débuts. Au lycée, il remporte 6 Kentucky Gold Glove, qui lui permettent d’obtenir son diplôme malgré des notes médiocres. Aux Jeux olympiques d’été de 1960 à Rome, il gagne la médaille d’or des poids mi-lourds. Il devient alors professionnel sous la tutelle d’Angelo Dundee et se fait rapidement connaître pour son style peu orthodoxe, ses résultats spectaculaires et son auto-promotion incessante. À Louisville, le 29 octobre 1960, il gagne son premier combat professionnel aux points contre Tunney Hunsaker. A 19 ans, Clay part pour la Floride avec son entraîneur où il remporte quelques victoires. Il revient dans son fief de Louisville et continue à vaincre tous ses adversaires. C’est en 1962 que sa notoriété commence à se répandre à travers l’Amérique. Clay boxe pour la première fois dans les villes de New York et Los Angeles. Nommé boxeur de l’année 1963, c’est presque naturellement que Clay devient l’adversaire du champion du monde Sonny Liston, un boxeur jugé invincible.

Le 25 février 1964 à Miami, le public s’attend à une formalité pour le tenant du titre. À la surprise générale, Liston se retrouve dominé par un Clay énergique qui se sert de sa rapidité et de son jeu de jambes avec brio.

Après le fabuleux match de boxe où Cassius Clay, vingt-deux ans, remporte la victoire du championnat du monde catégorie "poids lourds", nous découvrons, grâce à ce reportage, la personnalité de ce boxeur et les arrières-plans financiers et politiques qu’il représente.

Le combat du 30 octobre 1974, entre le rebelle Mohamed Ali et le champion du monde George Foreman, reste dans les mémoires africaines le plus grand combat du siècle. Organisé par des Noirs à Kinshasa, au Zaïre de Mobutu, cette rencontre avait une signification particulière.

Le choix de la capitale zaïroise comme théâtre du combat ne manque pas de surprendre les observateurs. Pourtant, il revêt, particulièrement pour Mohamed Ali, une importance symbolique et politique. Nous sommes alors en pleine période d’affirmation du Tiers monde et des peuples noirs. Le boxeur militant est d’ailleurs extraordinairement populaire chez les Africains qui voient en lui le digne représentant et champion des Noirs. « Je suis ici chez moi ! », s’exclame-t-il à plusieurs reprises dans les rues de Kinshasa.

Le combat fera date dans l’histoire de la boxe et forgera définitivement la victoire d’Ali, The Greatest.

Le champion de boxe Américain Mohamed Ali ,ex-Cassius Clay, qui vient de publier un livre autobiographique " Le plus grand" est l’invité principal de ce numéro spécial d’Apostrophes entièrement consacré à la boxe. Il est interrogé par Bernard Pivot, Pierre Salinger, Jean Cau, Roland Passevant et Jacques Marchand sur ses mémoires récemment parues, son opinion sur le boxing-business, ses convictions politiques, religieuses, raciales, et sa personnalité profonde.



lire aussi
Il était noir, français d’origine sénégalaise, et champion du monde poids lourd de boxe en 1922. Jusqu’à présent, l’Histoire n’aura que peu ou mal retenu le récit légendaire de M’Barick Amadou Fall, alias...


à la une




communiqués

afrik-foot